256

Publié le par drink 75

Aujourd'hui j'ai regardé le jour qui semblait toujours figé dans un gris-bleu, comme du mondrian sans chair, il me semblait que désormais les nuits ne m'apportaient plus cette sérénité un peu vague, je ne me sentais pas fatigué, il fallait affronter désormais les insomnies, ce prélude a un cri, ce prélude a la nuit.

Publié dans aujourd'hui, juin, 2016, lundi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article